bandoLTN_new

mardi 3 avril 2007

Interview égocentrée

moipalette

A l'occasion de la dernière mouture de ma série d'interview de peintres numériques, je viens de me rendre compte que je n'avais pas participé à la première. Donc acte, ce qui vous permettra de mieux me connaitre et vous fournira, pour peu que cela vous intéresse, des informations plus personnelles que le profil technique de ce blog. Attention, expérience schizophrénique.

Comment définir la peinture numérique?

Pour éviter de me répéter, je vous renvoie à deux précédents billets, sur ce blog : définition technique de la peinture numérique et comprendre la peinture numérique.

Qu'est ce que cette technique m'apporte par rapport à un autre médium?

Tout d'abord, un espace compact de création qui m'épargne la gestion domestique du matériel comme les pastels et les pinceaux. Surtout, le fait que la création logicielle me permette grâce à la « gestion des calques » de mieux appréhender la composition dans l'espace et  l'incontournable « ctrl+z » qui permet de toujours pouvoir se reprendre. Et le stockage plus pratique des œuvres.

Comment et à quel moment, ai je abordé la peinture numérique ?

Formé en tant que tel, j'exerce en tant qu'infographiste, ce qui m'améne à exploiter l'ordinateur comme outil de mise en page et d'illustration. J'ai démarré une véritable production numérique personnelle vers 96 en combinant assez naturellement ma passion pour l'informatique et le dessin et en découvrant, à cette époque, l'émergence d'artistes purement numériques.

Quelles sont mes sources d'inspiration et comment définir mon travail ?

© François Colin - La bonne nouvelle

Dans mes sources, je ne citerais qu'un seul peintre : Edward Hopper, dont je n'égale malheureusement pas le talent, plus pour son esprit de travail sur le sujet et le décor et le fait qu'il peigne ce qu'on ne voit pas : les sentiments et les sensations. Sinon, c'est plutôt le graphisme, l'illustration et la bande dessinée qui m'ont amené à gouter au dessin. Je me considére comme faisant partie de la figuration libre.

Quelles sont les réactions générales du public dans mes expositions ?

Je n'expose plus, dans la mesure où je me concentre sur mes ateliers d'initiation à la création numérique. Après un intérêt lié au doute, à la curiosité et une période de questionnement, le public, devant ma persistance à exposer des œuvres numériques, a dépassé l'aspect technique pour acheter mes « images ».

Est ce que je réalise des travaux de commande ?

Mise en page, illustration et impression numérique petite quantité.

Ai je une exposition en cours ou à venir ?

Personnelle, non mais collective peut être

Quels conseils apporter à une personne qui démarre dans la peinture numérique ?

De s'imprégner, avant tout, d'autres formes d'art et de se forger sa propre culture artistique.

La peinture numérique est elle suffisamment connue en  tant que discipline artistique et si non, pourquoi ?

Il y a encore quelques années, j'aurais dis non, mais je constate depuis lors que la peinture numérique fait son chemin comme forme d'expression artistique par la régularité des artistes eux même.

Pour quel autre usage j'utilise régulièrement mon ordinateur ?

Maintenance du blog « La Toile Numérique », contacts mail, veille d'informations concernant l'art numérique et lecture régulière de nombreux sites et blog qui traite d'art, de graphisme et des technologies web.

Ce blog m'a t'il permis des contacts professionnels ?

Prestations graphiques et d'impression numérique, mise en place d'atelier de création numérique et, plus étonnant, invitation à m'exprimer sur « la culture en réseau » aux ReWICs de Charleroi.

Est ce que je partage ma méthode de travail via le web ou en exposition ?

Dans le cadre d'exposition, j'avais mis en place des démos qui ont finit par prendre le pas sur le contenu de l'exposition, donc j'ai arrêté. Sur le blog de l'association, j'ai fait le choix de ne pas mettre en ligne de tutoriaux personnels, parce que j'estime que chacun travaille comme il l'entend et je trouve assez étrange cette vogue de tutoriaux d'artistes qui, selon moi, mettent en avant l'aspect technique au détriment de l'artistique, même si on peut convenir que cela assure la promotion de la création numérique et que cela réponde à la curiosité de public.

Quel est le format moyen de mes créations ?

J'ai fait le choix économique de limiter mes formats au A4 (21x29,7 – Quoique je n'exclus pas l'achat d'une imprimante A3 « bande » comme me l'avais fait découvrir l'artiste Gérard Elleboudt et qui permet de travailler de grand format par la technique du marouflage) pour gérer seul mes impressions et parce que j'ai constaté que les petits formats étaient plus facilement « accrochables » dans un intérieur (on a toujours besoin d'un petit tableau chez soi).

Suis je en contact avec des artistes d'autres expressions ?

Oui, peintres, graveurs, photographes. Par mail, expositions ou autour d'un verre.

Est ce que je participe à des forums (web ou physiques), conventions ou salons pour échanger sur la création numérique ?

Je me suis éloigné des forums web en constatant comme Patrick Chaudesaigues, que les discussions se limitaient souvent à des échanges de procédés techniques ou de présentation d'œuvres. De plus l'écran fait office de filtre et altére, dans certains cas, la sincérite des discussions. Je parle indirectement de la création numérique au travers de l'association Coug'ART, lorsque celle ci peut être présente dans des forums physiques.

Un peintre numérique doit il être un porte-parole de cette discipline artistique ?

Même si, de fait, un peintre numérique est l'un des représentant de cette discipline artistique, je partage l'avis de Jean Pourmaréde, il n'y a pas lieu de faire du prozélitisme, ce qui est d'ailleurs, à mon avis, contre-productif.

Quels sont les autres moyens d'expression que j'utilise régulièrement ? (autres disciplines artistiques, édition, web, forum ...)

Comme moyen numérique, ce blog, quasi exclusivement. Je m'étais risqué au modelage en terre, sans grand succès. Je ne suis guère doué pour le volume.

La peinture numérique doit elle être présente dans une exposition collective qui mélange les techniques d'expression ?

Oui, car la peinture numérique est avant tout un art et qu'il serait dommage de l'enfermer dans une thématique. D'autre part, je soutiens l'idée que par nature la peinture numérique participe de l'art imprimé comme la gravure. Je connais d'ailleurs un peintre amateur qui s'est mis sur le tard au numérique et que j'avais initié, qui participe régulièrement à ce type d'exposition qui mélange les techniques d'expression.

Le numérique et ses moyens de diffusion rend il l'art plus accessible ?

Ma réponse sera mitigée. Autant, le web permet la découverte d'artistes, autant il ne permet pas de toute façon de généraliser l'attractivité en direction de la création.Cela sera toujours les amateurs qui iront en direction des artistes et toutes les technologies numériques n'y pourront rien et ne démocratiseront pas l'accès à la culture. Après tout, on vit très bien sans s'intéresser à l'Art, bien que je considère qu'on vit mieux en s'y intéressant. Le numérique a une fonction pratique, à la base et l'art ne répond à aucun besoin.

« Un artiste est une personne qui crée des choses dont les gens n'ont pas besoin mais, pour une raison quelconque, il pense que ce serait une bonne idée de leur apporter. »
[Andy Warhol]

Que dire à un public non amateur pour promouvoir cette discipline artistique ?

Qu'il ne faut pas la considérer comme un aboutissement de l'expression artistique mais comme un choix qui nécessite avant tout un acquis artistique au service duquel se met l'ordinateur.

La région dans laquelle j'exerce met elle suffisamment en avant cette discipline ?

Si on parle spécifiquement de la peinture numérique, clairement non. Mais je pense que la promotion véritable se fait par les artistes eux même, bien qu'on puisse déplorer l'absence d'outil public dédié à cette discipline artistique. J'ai, par ailleurs, constaté que les décideurs politiques et institutionnels n'avait pas intégré la culture numérique et multimédia. Il n'est pas étonnant alors de constater que le taux de « connectés » est plus important en Estonie et en Lituanie qu'en France.

Est ce utile de fédérez les peintres numériques, voire les différentes disciplines artistiques numériques ?

Tout dépend de l'objectif, pour un rôle organisationnel et promotionnel, pourquoi pas, bien qu'il serait étrange de ne parler que des peintres numériques, ce qui aurait tendance à créer une chapelle de plus. Et comme dans l'art, les approches artistiques et techniques sont tellement nombreuses, les artistes sont quasiment des chapelles eux même voire des bunkers. Cela aurait comme avantage de démarquer ceux dont la création numérique correspond à un besoin économique des autres.

Au delà de mes créations artistiques, quel est mon rapport à l'informatique ?

J'ai démarré avec un ZX81, il y a plus de 20 ans et depuis lors je reste passionné par l'informatique, les technologies numériques et le web. Je ne suis pas un expert, dans la mesure où je me concentre sur le software mais je suis classé dans les utilisateurs très expérimentés.

Quelle est la fourchette de prix dans laquelle j'inscris mes œuvres ?

Entre 1€ pour les déclinaisons (marque-page) et 30€ pour l'œuvre encadrée ou marouflée.

Ai je participé à des évènements liés à la promotion de la peinture numérique ?

En organisant à Valenciennes, deux éditions des Rencontres de la Toile Numérique

Quel est le logiciel avec lequel je travaille en priorité et quels sont les périphériques que j'utilise pour produire mes œuvres ?

Photoshop, scanner, appareil photo numérique, palette graphique, imprimante.

Comment définir mon votre niveau de notoriété ?

J'exerce depuis plus de 10 ans dans la « fabrication » numérique, mais je n'ai pas véritablement de notoriété en tant que peintre numérique.

Suis je côté ?

Pas du tout

Est ce que j'expose régulièrement en galerie ?

Non plus

Ai je déjà participé à des ventes publiques ?

Non plus

Comment je m'occupe de ma promotion ?

D'une certaine manière, grâce à ce blog mais je suis conscient que je devrais être plus virulent quant à mon auto-promotion.

Est ce que je me forme à d'autres logiciels pour optimiser votre production artistique ?

Non pas vraiment, dans ce sens où les autres logiciels de création que j'aborde ne participe pas à la création de mes peintures numériques. Mais cela me permet d'enrichir mon univers de création.

La peinture numérique est elle à classer dans l'art contemporain ?

J'hésite à répondre franchement oui. Autant l'art multimédia, est clairement inscrit dans l'art contemporain, autant la peinture numérique qui est une « niche » de l'art numérique ne s'y inscrit pas à mon sens. Je dirais que c'est l'esprit de travail qui qualifie une œuvre de contemporaine plus que la technologie même numérique.

Quelles sont les autres disciplines numériques auxquelles je m'intéresse ?

L'animation de synthèse et notamment les productions de Christian PAVET

Le numérique a t'il contribué à faire évoluer ma créativité ?

Dans la mesure où le numérique m'a permit de mieux appréhender l'espace de composition et que quelques outils ou fonctions intéressantes me permettent d'obtenir des résultats que je serais incapable d'obtenir autrement, j'aurais tendance à répondre oui bien que ma thématique reste la même du pastel à la palette graphique.

Le web peut il devenir un support d'expression pour un artiste numérique ?

Tout dépend de quelle expression on parle, en ce qui concerne l'expression artistique, j'ai du mal à considérer qu'un site puisse être un support final mais pour la diffusion des œuvres, l'échange et la communication, voire la vente en ligne, il me semble qu'il devient incontournable pour un artiste numérique.

Le web peut il permettre un meilleur accès à la culture ?

Dans le sens où il abolie les frontières et qu'il permet de découvrir l'exposition temporaire d'un musée new-yorkais, oui, mais comme je l'écrivais précédemment, croire qu'il démocratisera l'accès à la culture pour tous est une idée fausse. Pour schématiser j'écrirais ce que j'ai entendu de la bouche d'un directeur d'Espace Culture Multimédia, que « Fracture sociale + Fracture numérique = Fracture culturelle »

Est ce que l'évolution future des technologies numériques permettra une véritable révolution en matière de création artistique ?

En ce qui concerne la création d'œuvres collectives et la diffusion artistique, je pense que oui.

Le peintre numérique est il, par nature, un artiste multimédia ?

Non bien sur

Quelles sont les autres formes d'expression numérique que je souhaiterais expérimenter ?

L'animation style dessin animé me tente assez, j'expérimente pour l'instant.

La peinture numérique, la création artistique est elle un besoin pour moi ?

Pour être honnête, je ne pourrais plus vivre sans ordinateur. Le dessin et l'image sont complètement intégrés dans mes activités quotidiennes

La peinture numérique est elle au centre de mon activité professionnelle ou en est elle périphérique ?

En terme de production, elle est périphérique

Est ce que je gére bien la diffusion de ma peinture numérique, si non pourquoi ?

Peut être que je ne frappe pas assez vite aux bonnes portes, mais le relationnel commercial, c'est de la compétence et du temps.

La peinture numérique, en terme de production, est elle pour mon expérience une activité rentable, même en tant qu'activité d'appoint ?

Soyons clair, en ce qui me concerne lorsque j'exposais même si en deux jours, je faisait un salaire d'un mois, compte tenu des frais et du temps investi pour l'organisation, la rentabilité n'était que relative. C'est pour cela que je me suis orienté vers l'animation d'ateliers de création numérique.

La prochaine interview en ligne sera celle du peintre numérique Jean Poumaréde que je remercie encore de s'être prêté au jeu.

bandeau_destruction Share on Facebook

Commentaires

Poster un commentaire