bandoLTN_new

vendredi 30 mars 2007

Rewics 2007 : première(s) impression(s)

rewics4pouvoir
[ source photo : Flickfr - Jeremy Depauw / Pannel Media et Internet  ]

Pour ma première excursion dans la vraie vie merveilleuse des blogueurs, webmasters, techniciens, théoriciens et autres « professionnels de la profession »,  j'ai passé en revue sur le web, les avis et suggestions que je partage concernant cet événement auquel j'ai assisté :

« Comme je m'y attendais, il s'agit plus d'un salon que d'une conférence mais il a le mérite de rassembler quelques-uns des mouvements actifs de l'Internet Wallon. » Jeremy Depauw

Il est un fait que 34 ateliers et tables rondes ainsi que 52 stands, c'est mathématiquement et humainement impossible à visiter en « entier », d'autant que j'avais effectué inconsciemment un « tri » puisque je recherchais des solutions techniques pour l'apprentissage et la formation à distance et aussi avoir des retours d'expérience concernant ce type d'activité et celles mises en place en établissements scolaires, concernant l'écriture multimédia. Par nature le salon, plus attractif, prend le pas sur les conférences, d'autant que malgré une programmation copieuse, aucun rappel n'était formulé. Donc, une certaine difficulté à plannifier correctement sa journée. De plus aucun résumé ou compte-rendu, à ma connaissance, n'existe au sujet de toutes les conférences. Les ReWICS n'ont donc existé que le 19 mars 2007, je m'attendais à un suivi au delà de cette date.

« Beaucoup de passages dans les stands.. mais peu de visiteurs liés au public jeune (mais quand mettra-t-on les Rewics un mercredi pour permettre à des responsables pédagogiques de venir y jeter un coup d'œil?) »
Anne-Claire Orban de Xivry

Etrange en effet pour un évènement où les expériences éducatives étaient majoritairement représentées.

« L'ambiance était évidemment "branchée" et j'ai pu noter la présence de deux partis politiques (PS et Ecolo) parmi les exposants en plus d'une floppée d'associations, d'institutions et de sociétés commerciales présentes sur les lieux. » Mehmet Koksal

Que dans une convention qui se positionne clairement dans l'univers non-marchand, il y ait des sociétés marchandes ne me choque pas, en revanche, que sur la base de l'expression citoyenne, j'imagine, des partis politiques tiennent des stands, pourquoi pas, mais alors toutes les tendances sont représentés et pas uniquement celles du pouvoir en place. Concernant la branchitude ambiante,  c'est vrai que les technologies étaient bien évidemment fortement présentes, mais il m'a semblé que dans le salon, c'était plutôt le « pourquoi » que le « comment » qui était abordé. Chacun  se côtoie  dans la même optique pendant un temps donné mais cet espace « virtuel » temporaire devrait avoir une vie fédératrice en dehors du salon.

« Je suis resté un peu sur ma faim mais sans pour autant tirer de conclusions hâtives. Je trouvais qu’il y avait une sorte de contradiction entre d’un côté un intérêt accru du public en général par rapport aux thématiques de l’atelier (on a bien entendu parlé Accessibilité) et un intérêt des acteurs à promouvoir ce genre de pratiques et, de l’autre, peu de reconnaissance et d’intérêt des pairs sur ce sujet. » Benoît Vrins

J'ai eu le même sentiment ambigüe vis à vis de cette journée motivante sur le moment mais qui m'a laissé sur ma faim aussi. L'impression qu'au delà, les actions menées restaient vaines. Nous nous sommes rencontrés mais pourquoi faire ? Interpeler un public déjà acquis ? Echanger avec d'autres associations sur les mêmes problématiques, sur les mêmes points techniques ? Dans certains cas poser des questions sans obtenir ce jour là de réponses, sans envisager des pistes, des constructions possibles. Le sentiment bizarre qu'après cette journée, chacun repart avec ses mêmes convictions. Je m'attendais à percevoir la triangulation acteur-promoteur/diffuseur/prescripteur-usager (public). Sans remettre en cause la qualité organisationnelle évidente des promoteurs de l'évènement, j'ai conservé un sentiment mitigé de cette journée sur son contenu et son sens, mais cela n'est qu'une opinion subjective pour une première invitation.

Proposez des outils pour permettre aux citoyens (jeunes et adultes) de s'exprimer, c'est bien, aborder avec eux la culture de l'écriture multimédia, c'est une autre paire de manches.

Je laisserais le mot de la fin à Denis Balencourt : « Bodink, l’improbable web radio conservatrice du patrimoine musical que personne ne revendique. Ils font aussi de beaux badges. »

Inauguration Learn-online

Rewics Démocratie participative et internet

D'autres acteurs présents :

- Gilles Klein
- Vincent Battaglia
- Jean-Luc Raymond
- Declencheur
- Tutoweb
- Webatou
- Blog2roubaix

bandeau_destruction Share on Facebook

Commentaires

    Merci pour le lien

    Merci pour le lien et désolé pour la vidéo un peu sombre (on a fait ce qu'on a pu !)

    Posté par bruno, vendredi 30 mars 2007 à 17:47
  • De rien

    Certes, filmer devant un grand écran n'est pas évident. Cela étant,le contenu de la vidéo et donc de votre expérience roubaisienne est tout à fait intéressante. D'ailleurs, je m'étonne de voir peu de photos et vidéos concernant les Rewics. Vous même, quelle est votre perception de cette journée ?

    Posté par François Colin, vendredi 30 mars 2007 à 18:32

Poster un commentaire