bandoLTN_new

mardi 24 octobre 2006

Interview du Peintre Numérique Frédéric Esnault

Interview_RTNFrançois COLIN : Comment définiriez vous la peinture numérique?

Frédéric ESNAULT : Du point de vue technique, la peinture numérique est un procédé qui consiste à utiliser l'informatique pour répartir des couleurs sur une surface. En ce sens, elle partage un but commun avec la peinture traditionnelle, sauf qu'ordinateurs et logiciels remplacent toiles et pinceaux.
Je considère la peinture numérique comme une branche de l'infographie orientée vers une production purement artistique. Je ne crois pas que l'expression "peinture numérique" corresponde à un courant ou à un style même si l'avenir pourrait prouver le contraire. Pour le moment, il s'agit plutôt d'une technique capable d'engendrer de nombreux courants et qui peut aussi servir des styles déjà connus.


FC : Qu'est ce que vous apporte cette technique par rapport à un autre médium?


FE : Avant tout, c'est plus pratique et plus propre ! Mais l'essentiel est ailleurs, dans la capacité inouïe de faire et défaire à l'infini, ou de partir dans une direction et d'en faire finalement plusieurs oeuvres très différentes. J'adore toutes ces possibilités d'expérimentation. Ensuite, il y a l'aspect "calcul" : les logiciels apportent aujourd'hui des fonctions vraiment nouvelles qui permettent de triturer l'image comme personne ne pouvait l'imaginer auparavant. C'est tout un univers à explorer...

FC : Comment et à quel moment, avez vous découvert la peinture numérique?

FE : J'ai découvert la peinture numérique en 2000. C'est arrivé par hasard le jour où on m'a mis entre les mains une tablette graphique. Ca a créé un déclic : j'ai réalisé que l'ordinateur était techniquement prêt pour ce genre d'expérimentations et très vite, les idées ont été nombreuses.

FC : Quelles sont vos sources d'inspiration et comment définiriez vous votre travail?

FE : Je n'ai pas de source d'inspiration identifiée et mon travail est difficile à définir car je n'aime pas me répéter. J'oscille entre l'abstrait et le figuratif, sans jamais avoir fait de choix clair entre les deux. Ce qui est sans doute général dans mon travail, c'est la recherche d'une émotion par l'image. Cette émotion est naturellement portée par la composition, le trait, la forme, la couleur, la texture, une esthétique classique en somme. Ce qui est plus original, c'est que j'aboutis, à force de transformations successives, à des images improbables qui dans le meilleur des cas suscitent l'étonnement et stimulent l'imagination.

FC : Exposez vous fréquemment et quelles sont les réactions générales du public?

FE : Malheureusement, je n'expose encore qu'occasionnellement.
Il y a aussi mon site internet mais pour l'instant je le considère seulement comme une vitrine. J'aimerais en faire un véritable "lieu" d'exposition, autrement dit améliorer le confort de contemplation des oeuvres, ce qui passe par le développement de nouveaux procédés techniques.

En général, le public est intrigué par mes oeuvres. Il faut dire que sur des toiles en grand format, on peut se demander d'où elles sortent... Les gens trouvent mes oeuvres surnaturelles : on dirait de la peinture mais ça n'a pas été fait à la main, pas seulement...


FC : Réalisez vous des travaux de commande et si oui de quelle nature?

FE : Ca ne m'est pas encore arrivé. Ca m'intéresserait de le faire mais je ne sais pas si je pourrais rester aussi créatif sous la contrainte !

FC : Quel est votre rythme de travail et pouvez vous expliquer votre méthode de travail à l'aide d'une oeuvre récente?

FE : Mon activité n'étant pas professionnelle, mon rythme est très irrégulier et dépend des fluctuations de mon temps libre.

barbel_eMa méthode évolue d'une oeuvre à l'autre. Pour celle-ci [ci-jointe], intitulée "Barbelée", j'ai commencé en dessinant les bases du visage sur mon Tablet PC, c'est-à-dire les lignes principales, ce que j'appelle la "matière brute". Ensuite j'ai utilisé un autre logiciel pour vectoriser les contours, un autre pour les déformer et un dernier pour affiner le rendu, particulièrement les couleurs et les textures. Généralement, ça passe par de longues heures de recherche et au final, je superpose des dizaines de filtres après avoir expérimenté de nombreux réglages.


FC : Avez une exposition en cours ou à venir?


FE : Je serai les 28 et 29 octobre au marché de l'art organisé par le Lions Club de Montigny le Bretonneux (Yvelines). Ca se passera à la ferme du Manet, à Montigny. Il y aura beaucoup d'artistes très différents et ça me fait plaisir de me retrouver parmi eux, preuve que la peinture numérique n'est pas mise à l'écart.

FC : Quelles sont vos références artistiques?


FE : Je n'aime pas ce mot de "référence" car il suppose un lien que je serais bien incapable de justifier. Il y a d'un côté les oeuvres des autres artistes que j'apprécie et de l'autre mes propres créations. Evidemment, les premières influencent les secondes mais le processus est souvent inconscient. Et puis je peux aussi être inspiré par des oeuvres que je n'aime pas ou que je connais mal. Peut-on alors parler de "références" ?
Pour vous situer quand même mes goûts, ils sont plutôt dans le cubisme, l'abstraction, la calligraphie et l'art nouveau. Je pense que ça transparait quand même dans mon travail.

FC : Quels conseils souhaiteriez vous apporter à une personne qui démarre dans la peinture numérique ?


FE : Je lui conseillerais d'expérimenter beaucoup en suivant son instinct. Les champs de la peinture numérique sont vastes et encore inexplorés. Personne aujourd'hui ne peut prétendre connaître les meilleurs chemins alors explorons !

FC : Pensez vous que la peinture numérique est suffisamment connue en tant que discipline artistique et si non, pourquoi selon vous?

FE : La discipline est encore peu connue mais elle est jeune, il faut lui laisser le temps de s'imposer. L'ordinateur en tant qu'outil de création est peut être mal accepté dans l'opinion mais on vit à l'ère numérique et l'art contemporain n'en est pas à sa première controverse. Je pense que le succès de certaines oeuvres assurera naturellement le décollage. La musique électronique est passée dans les moeurs... maintenant c'est au tour de la peinture !

FC : Pour quel autre usage utilisez vous régulièrement votre ordinateur?

FE : Beaucoup d'autres. Je suis informaticien de profession et je passe encore beaucoup de temps à programmer. A ce propos, j'envisage de détourner ces capacités à des fins artistiques. J'ai d'ailleurs commencé le développement d'un outil de transformation de partitions musicales en oeuvres picturales, mais je n'en suis qu'au début.


Découvrez le peintre numérique Frédéric ESNAULT sur le web
http://equinoxe21.free.fr/galerie

bandeau_destruction Share on Facebook

Commentaires

    Bravo!

    Bonjour,

    Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.webtoweb.fr !

    Bonne continuation

    Posté par xav, dimanche 29 octobre 2006 à 12:34

Poster un commentaire